fatou

Jusqu’à quand ?

Il s’agit d’entretenir l’image d’une Marine Le Pen raciste, d’extrême droite et hostile aux Africains.

Le mercredi 22 mars 2017, dans son émission Le Gros Journal, Mouloud Achour recevait l’écrivaine franco-sénégalaise Fatou Diome. Il lui a notamment demandé si elle avait peur de Marine Le Pen. Voici la réponse de Fatou Diome qui déclenche immédiatement un fou rire chez le présentateur : « Je n’ai pas peur d’elle, c’est elle qui a peur de moi ».

 

En pleine campagne pour les présidentielles, la propagande de Canal Plus bat son plein. Il s’agit d’entretenir l’image d’une Marine Le Pen raciste, d’extrême droite et hostile aux Africains. Pourtant, cette image est mensongère et sert avant tout à empêcher les Français apeurés par l’épouvantail du racisme de voter pour elle.

En effet, le discours de Marine Le Pen qui critique la Françafrique devrait plutôt rencontrer un écho favorable auprès de nombreux Français d’origine africaine. Elle n’a pas hésité à afficher clairement ses positions à ce sujet à l’occasion de son voyage au Tchad et de sa rencontre avec le président tchadien Idriss Déby. On ne peut pas en dire autant des autres candidats avec qui elle est sérieusement en concurrence.

Rappelons que Canal Plus a été lancée en 1984, c’était la toute première chaîne de télévision privée de France. Le gouvernement socialiste lui avait même offert le monopole. Elle a essentiellement prospéré à travers le foot et le porno. Il n’est donc pas étonnant que cette chaîne, qui incarne à elle seule une entreprise de démoralisation de la société française, s’en prenne constamment à Marine Le Pen qui souhaite mettre fin aux travers du pouvoir en place.

Source : E&R

2 thoughts on “Présidentielle 2017 : L’épouvantail du racisme

  1. Thank you for writing this awesome article.
    I’m a long time reader but I’ve never been compelled
    to leave a comment. I subscribed to your blog and shared this on my Facebook.

    Thanks again for a great article!

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*