Ouganda, Alerte, Torture

Le président ougandais Museveni met en garde contre l’usage de la torture

Le président de l’Ouganda, Yoweri Museveni, a écrit une lettre à ses principaux responsables de la sécurité les mettant en garde contre le recours à la torture.

Il l’a décrit comme « inutile et mal et ne doit pas être utilisé à nouveau. »

Il découle des rapports des médias alléguant que plusieurs personnes soupçonnées d’être liées au meurtre d’un officier de police supérieur ont été torturées.

Les responsables de la sécurité ougandaise ont été accusés par des groupes de défense des droits de l’homme d’avoir recours à la torture pour obtenir des aveux.

Museveni a déclaré que la torture était fausse parce qu’elle était parfois employée chez des personnes innocentes, ce qui est injuste et pourrait les amener à admettre la culpabilité pour arrêter la douleur.

Il a également déclaré que de bons enquêteurs pouvaient obtenir des condamnations sans avoir recours à la torture.

L’inspecteur général adjoint de la police Andrew Felix Kaweesi, le troisième officier de police influant du pays, a été abattu à l’extérieur de sa maison en mars dernier.

Les journaux ougandais ont montré des suspects accusés dans le meurtre de M. Kaweesi des signes visibles de blessures lorsqu’ils sont comparu devant un tribunal.

Ouganda, Alerte, Torture

Dimanche, Maria Burnett de Human Rights Watch (HRW) a demandé à la police de prendre au sérieux les allégations de torture des suspects. Elle a également déclaré que les agents impliqués devraient faire l’objet d’une enquête “pour torture et mauvais traitements”.

Elle a ajouté que HRW a parlé à des centaines de témoins au cours des 15 dernières années qui se sont plaints d’être torturés.

L’Ouganda a ratifié la Convention des Nations Unies contre la torture en 1986, ce qui signifie que la torture devrait être interdite dans le pays.

 

source : BBC

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*