Mayotte grogne fiscale

Le réveil de la grogne fiscale.

Un “Collectif sur la fiscalité et le foncier à Mayotte”, a organisé ce samedi une marche citoyenne et apolitique pour protester contre ce qu’il qualifie de “fiscalité confiscatoire” depuis que Mayotte est devenue le 101ème département français.

“ Je ne vais pas me taire et laisser l’état me voler”, “À Mayotte, l’impôt ruine le peuple”, pouvait-on lire sur les pancartes, ce samedi matin. Un cortège composé de 150 personnes environ s’est rendu de la place Mariage jusqu’au centre des Finances publiques pour protester contre la taxe d’habitation, perçue comme une injustice. Au fil de la marche, plusieurs dizaines de personnes se sont jointes au mouvement. Toutes ont été confrontées à une hausse importante de la taxe d’habitation de 2015, “on ne peut pas payer ça tous les ans”, se révolte Marmoud Hamoudaba, exprimant le sentiment de beaucoup des manifestants.

“Je pense qu’il y a une rupture de l’égalité, une injustice, dans la mesure où il y a des gens qui paient, et d’autres qui ne paient pas. Ceux qui paient doivent donner le double”, s’indigne Madi M’Dohama, le leader de la marche. “Nous demandons une suspension de la taxe d’habitation tant qu’il n’y a pas de véritable cadastre” poursuit-il. “Nous sommes d’accord pour payer l’impôt sur le revenu, c’est normal. Mais la taxe d’habitation n’est pas légale ici, nous demandons tout simplement l’égalité devant l’impôt”, ajoute un autre manifestant. Mené par le conseiller départemental Chihaboudine Ben Youssouf (DVD ), le collectif constitué en octobre 2015, demande une fiscalité dérogatoire pendant 30 ans, “le temps pour que l’État et les collectivités mettent en place un véritable cadastre qui n’existe pas et ainsi d’examiner ce qu’il y a lieu de faire pour que les uns et les autres vivent bien dans ce pays”. Une pétition dans ce sens a déjà récolté près de 20 000 signatures.Le document sera remis aux parlementaires dans les prochains jours.

Amandine Debaere

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*