3084

Pas d’autorisation commerciale.

L’Airbus A320 d’Int’Air Îles a bel et bien débuté ses vols commerciaux, la première liaison fut en effet particulière.

Faute du feu vert de l’Aviation civile française, l’avion a dû relier à vide Moroni au départ de Mayotte où il est basé. C’est donc au départ de la capitale comorienne qu’Int’Air Îles a effectué un véritable premier vol commercial sur Dar-Es-Salam avec 92 passagers.

Depuis, la situation s’est débloquée sur Mayotte, l’Airbus peut donc effectuer ses rotations normalement. Mais il n’en est pas de même pour sa ligne vers l’aéroport du sud de La Réunion. Pierrefonds reste toujours interdit à Int’Air Îles, alors que plus de 130 passagers avaient effectué une réservation sur le vol inaugural Dzaoudzi-Moroni-Pierrefonds prévu le 15 décembre. «Nous allons proposer aux passagers mahorais et réunionnais le remboursement de leurs billets ou leur acheminement à Moroni en Cessna», indique-t-on chez Int’Air Îles.

Dans un courrier adressé au ministre des Transports comorien, Seffoudine Inzoudine, le PDG d’Int’Air Îles ne mâche pas ses mots. «Il nous semble, jusqu’à preuve du contraire, qu’il y a une volonté manifeste de retarder le processus visant à nous donner le droit d’opérer en territoire français comme le font dans le même cadre les compagnies françaises en territoire comorien et ce, en application des accords bilatéraux qui lient nos deux États.»

Protéger Air austral et Ewa ?

Côté comorien, l’attitude de l’Aviation civile française est vécue comme une volonté de protéger Air Austral et sa filiale mahoraise Ewa. «Int’Air Îles est en train de subir les mesquineries de notre proche ami, la France», n’hésite pas à affirmer Paul-Charles Delapeyre, conseiller spécial du vice-président comorien en charge de l’économie. «On veut qu’Air Austral et Ewa desservent les Comores mais la France bloque une compagnie comorienne qui souhaite desservir La Réunion et Mayotte.»

Air Austral et Ewa interdites de vols aux Comores

la bataille du ciel de l’Océan Indien est vraiment engagée. la France et les Comores ont engagé un bras de fer avec des répercussions pour de très nombreux passagers qui vont se retrouver bloqués.

le Directeur général des transports de l’Union des Comores suspend le programme de vol d’Air Austral et Ewa entre Mayotte et La Réunion d’un côté, et les Comores de l’autre.

Concrètement, cela signifie que les deux compagnies françaises ne sont plus autorisées à réaliser les vols commerciaux prévus au départ et à destination des 3 îles de l’Union des Comores, avec un effet immédiat et pour une durée encore indéterminée.

L’annonce a été faite par le directeur général des transports des Comores dans un courrier adressé, hier lundi 26 décembre, au directeur général de l’aviation civile française (DGAC), basée à Paris. (Depuis, l‘interdiction a été levée).

L’A320 dans le viseur

Très clairement, la mesure est une réponse à un autre courrier, envoyée par la DGAC française aux Comores, jeudi dernier, le 22 décembre. La France annonçait alors aux autorités de l’aviation comorienne, son refus de valider le programme de vols d’Inter Îles Air avec son nouvel Airbus 320. La compagnie comorienne souhaitait réaliser 5 fréquences hebdomadaires entre Mayotte et Moroni et deux autres entre Moroni et Pierrefonds, l’aéroport du sud de La Réunion

L’argument de la menace terroriste…

Mais le courrier de la DGAC française ne s’arrête pas là. Il évoque également un autre argument pour refuser le programme de vol d’Int’Air Îles: «le contexte mondial de menace terroriste élevé». En clair, les mesures de sécurité à l’aéroport de Moroni ne seraient peut-être pas suffisantes.

Pour s’en assurer, les autorités aéronautiques françaises ont «proposé» à leurs homologues comoriennes «une mission d’évaluation» des mesures de sûreté en vigueur à Hahaya. Et du résultat de cette mission dépendra les conditions dans lesquelles le programme de vols pourrait être accepté.

… L’argument qui énerve

Du côté des Comores, c’est une double réponse qui a été apportée. Concernant le cabotage, Int’Air îles a modifié sa copie. Elle propose désormais des vols avec deux billets distincts : le premier entre Mayotte et Moroni, le 2e entre Moroni et Pierrefonds. La compagnie est ainsi en accord avec les réglementations.

Source : le journal de mayotte

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*