etienne chouard

Les gardiens du système.

Invité dans Les Incorrectibles, une émission calquée sur les Grandes gueules de RMC dont Sud Radio est la copie droitiste, l’homme du RIC ne mâche pas ses mots.

Étienne Chouard : « J’ai entendu Jean-Michel Aphatie et Laurent Joffrin, Joffrin qui disait que j’étais un facho, Aphatie disait que j’étais un extrémiste. Je veux bien être extrémiste si je m’occupe extrêmement du peuple dont je fais partie… Mais extrémiste de quoi, qu’est-ce que ça veut dire extrémiste ? »

Sébastien Morillot : « On parlait peut-être de vos fréquentations mais on va parler des inspirations que vous avez peut-être. »

Étienne Chouard : « Ça paraît pas raisonnable de juger quelqu’un à ses fréquentations d’autant qu’il faudrait les prouver. Il me semble que ces gens-là me reprochent de parler de quelqu’un dont je ne parle jamais alors qu’eux en parlent tous les jours, donc c’est un paradoxe extravagant quand même. Et à mon avis, ils cherchent à ne pas traiter le fond. Je pense que le fond du message que je défends est très dur à défendre, très dur à critiquer de la part des voleurs de pouvoir, de ceux qui sont aux manettes aujourd’hui dans le système de domination parlementaire… et comme ils ont du mal avec le message, ils s’en prennent au E&Rmessager. Regardez les commentaires de E&Rleurs éditoriaux, tout le monde le voit. Y a pas grand-monde qui adhère à leurs calomnies. »

« Les hommes au pouvoir et leurs sponsors financiers sont tellement arrogants, obscènes, insultants, humiliants, énervants, exaspérants qu’il y a un moment où ça pète. »

Chouard défend sa position face à un parterre non pas hostile, hormis l’animateur, très perturbé, mais pas au niveau de l’entretien. Les questions portent sur des points de détail et pas sur le fond. On se fiche effectivement de la paternité historique du RIC avec lequel Gabriel Robin, le journaliste de L’Incorrect, le journal national-sioniste de Frère Beigbeder, tente de piéger Chouard.

À 12’40 l’animateur dévoile sa partialité (on lui parle dans l’oreillette en permanence) :

« Il y en a beaucoup qui vous accusent d’incarner la confusion d’une époque troublée, de procéder surtout par raccourcis, simplifications voire contre-sens et de diffuser des théories du complot, vous voulez leur répondre Étienne Chouard ? »

Répondre aux trois messages négatifs de la dominance face à des milliers de messages de soutien populaire ? Ah, il trépignait Éric Morillot, il voulait la placer son attaque perfide ! Bel exemple d’inversion accusatoire. L’animateur enchaîne et s’enfonce dans la perfidie, il cite Clémentine Autain qui n’a aucun poids politique, aucune activité dans les Gilets jaunes, et Morillot en fait carrément une personnalité morale à l’équivalent d’un ministre parce qu’elle a soulevé le problème des « rouges-bruns » à propos de Chouard.

On croyait que l’émission s’appelait Les Incorrectibles, on découvre qu’elle s’appelle en fait Les Insupportables. On rappelle qu’il y a deux lignes politiquement incorrectes : le politiquement incorrect incorrect, et le politiquement incorrect correct. L’équipe de bas niveau de Sud Radio fait partie de la seconde catégorie.

Chouard, devant tant de fourberie, rappelle les fondamentaux à 14’25 :

« Ce sont les élus qui décident tout et les humains sont dominés par les parlementaires. »

Soumis à son oreillette, qui transmet la Voix supérieure, le valet Morillot lance l’attaque « Soral » à 15’50 :

« Oui mais concrètement vous aviez quand même déclaré avoir trouvé des qualités à des personnalités comme Thierry Meyssan, Jacques Cheminade ou Alain Soral dont on connaît les orientations… »

Et puis, probablement pour le pousser dans des cordes mélenchonistes :

“Vous voulez une VIème République ?”

Ce à quoi Etienne répondra tout de go, renvoyant son interrogateur à ses études :

“Non, je veux la Ière Démocratie !”

Les gardiens de Sud Radio devraient réfléchir à leur ligne éditoriale. BFM TV a été la cible de Gilets jaunes en colère lors de l’Acte VII, il se pourrait que Sud Radio, qui singe RMC, arrive dans le viseur populaire.

Une dernière de ce pauvre Morillot pour la fin, avec un « on dit » de très belle facture à 16’04 :

« On dit même que vous faites une fixette sur Rothschild et sur le sionisme… »

Pour les curieux, Morillot est issu de CNews, la chaîne d’infos de Canal+, et il s’est exprimé dans les colonnes de Putsch :

« C’est un clin d’œil aux “incorruptibles” et à ce fameux “politiquement correct” qui est devenu tellement insupportable dans les médias dominants ! “Les Incorrectibles” sont impossibles à rendre corrects ! […] Je serai, pour m’aider dans cette tâche, entouré chaque dimanche de deux éditorialistes que j’espère tout aussi “incorrectibles” que nos invités (ndlr la première aura lieu avec Jacques de Guillebon de “L’Incorrect” et Olivier Malnuit de “Technikart”) ! Entre eux aussi, j’espère que le débat aura lieu. Pour ma part, je serai plus dans un rôle de modérateur et aucunement de militant contrairement à un animateur télé qui ne se couche pas le samedi ! »

C’est loupé.
Éric, si tu veux vraiment devenir un incorrectible, il va falloir que tu t’achètes une très grosse paire de couilles. Ça tombe bien, on en vend sur E&R !

Source : E&R

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*