valls

Fraude électorale à Evry.

On le connait menteur. On le connait traître. On le connait raciste. On le connait psychopathe. on le connait usurpateur. On ne le connaissait pas encore escroc. Ce qualificatif peut maintenant être ajouté à la liste des jolies surnoms dont il est affublé.

Hier avait lieu le second tour des élections législatives. Dans la premiere circonscription de l’Essonne, Valls était opposé à Farida Amrani, candidate de la France insoumise.

Alors que les résultats étaient annoncés très serrés, celui dont ni En marche, ni le PS n’a voulu, a prononcé un discours de victoire alors que des recomptages de voix devaient encore avoir lieu.

On vous propose 6 actes pour analyser cette mascarade.

Acte 1 : les premiers résultats tombent

De nombreux journalistes sont présents dans les bureaux de vote à Evry et dans les autres villes de la circonscription. Il faut dire que c’est tout simplement l’avenir politique de Valls qui se joue.

Hugo Clément, journaliste du Quotidien, donne un premier résultat dans le bureau de vote de la mairie de la préfecture de l’Essonne : Farida Amrani l’emporte de 12 voix, une victoire dont le symbole est énorme quand on sait que Valls règne sur la ville depuis des années. En 2008, il faisait 70 % des voix aux municipales dès le premier tour.

Dans les autres bureaux, les résultats sont serrés. Le journaliste évoque «une quasi égalité parfaite entre Valls et Amrani» dans certains d’entre eux au point où un recomptage s’avère nécessaire.

Dans les autres villes de la circonscription, les résultats tombent progressivement. Si Valls semble l’emporter à Lisses, Bondoufle et Courcouronnes de justesse, Farida Amrani est annoncée largement en tête à Corbeil-Essonne.

Acte 2 : Valls annonce sa victoire

Aux alentours de 22h, Valls décide malgré tout d’annoncer sa victoire à la surprise générale. «Avec la prudence qui s’impose, ce soir, je suis élu, avec 50,3% des voix, et 139 voix d’avance», lance t-il.

De son côté, Farida Amrani et son équipe se dirigent vers la mairie d’Evry pour demander un recomptage au vu des résultats annoncés très serrés.

Au moment de la déclaration de Valls, les militants de la France insoumise ne veulent pas se laisser dessaisir de ce qu’ils considèrent être une possible victoire. «Annulez, annulez!», crient-ils. Certains d’entre eux sont alors violemment expulsés de la mairie par la police municipale.

Acte 3 : Journalistes et citoyens ne peuvent participer au recomptage

Après ce moment flou, l’ensemble du public est expulsé de la mairie qui est fermée. Les journalistes ne peuvent plus y entrer, même pour récupérer leur matériel. Le comptage des voix se refait donc en privé sans que les Évryens ne puissent y assister comme la loi les y autorise.

La directrice du Bondy Blog, Nassira El Moaddem, demande des explications au maire de la ville, Francis Chouat, l’un des agents de Valls sur la ville. Celui-ci décide de la bloquer sur twitter.

Nassira El Moadem twitter - ThePrairie.fr !

Nassira El Moadem twitter – ThePrairie.fr !

Acte 4 : Farida Amrani revendique à son tour la victoire

Farida Amrani explique qu’il existe de gros doutes sur 4 bureaux de vote de la ville d’Evry, fief de Valls, bureaux dans lesquelles il n’y avait pas de militants de la France insoumise pour surveiller le bon déroulé de l’élection.

«Dans les bureaux où on n’avait pas d’assesseur, il y a une marge énorme», explique-t-elle.

«Pour nous il est très difficile de constater la victoire de l’ancien premier ministre. Donc nous on la revendique aussi», ajoute-t-elle alors.
 

«On déposera dès demain matin à la première heure un recours», fait t-elle alors savoir.

Acte 5 : L’équipe de Valls aurait détruit les bulletins de vote

En fin de soirée, alors que l’équipe de Farida Amrani exige toujours de participer au recomptage, le directeur de la communication Mohamed El Yattioui annonce qu’on leur aurait dit : «les bulletins ont été déchirés. C’est la procédure».

Dans un thread publié sur twitter, l’avocat Maitre Eolas explique ladite procédure. La destruction des bulletins en serait une partie… une fois que le nombre nécessaire de signatures a été apposé sur le procès verbal.

Sauf qu’un autre article explique lui que ces bulletins doivent être conservés pour recomptage en cas de litige

«Néanmoins, en prévision d’une éventuelle contestation et d’un contentieux devant le juge de l’élection, les bulletins ne sont pas immédiatement détruits. Le juge pourrait, s’il l’estime nécessaire, consulter et recompter l’ensemble des bulletins afin de déterminer la violation ou non de la loi électorale.»

Acte 6 : Le maire d’Evry, pro-Valls, annonce que les bulletins ont été recomptés par la préfecture

Francis Chouat annonce que la préfecture de l’Essonne aurait revérifié les voix «une par une sur les bureaux». Avec quels bulletins puisqu’ils auraient été détruits ?

Maître Eolas lui rappel que la préfecture additionne des résultats de bureaux et ne recompte pas les voix une à une.

Que va t-il se passer maintenant?

L’écart entre les deux candidats est donc de 139 voix sur l’ensemble de la circonscription. Il est donc tout à fait possible qu’elle soit annulée si des indices tendent à montrer des irrégularités. On a déjà assisté les années précédentes à de nombreuses législatives partielles.

Pourquoi pas cette année dans la première circonscription de l’Essonne…

Source : The prairie

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*