pour-les-petits-candidats-le-systeme-des-parrainages-ne-favorise-pas-l-expression-democratique

Parrainages présidentielle.

Un verrou anti-démocratique. Pour les “petits” candidats, le système des parrainages ne favorise pas l’expression démocratique.

Pour Christian Troadec, chef de file du mouvement des Bonnets rouges, la nécessité d’obtenir 500 parrainages pour l’élection présidentielle est un “verrou anti-démocratique des grands partis”.

Tous peinent à recueillir le nombre de parrainages requis. Jeudi, ils feront entendre leur mécontentement lors d’une conférence de presse commune : “Il est urgent aujourd’hui de proposer pour l’élection présidentielle une vraie diversité de candidatures“, disent-ils dans un communiqué. Avec des “offres politiques crédibles”, ils estiment pouvoir “faire reculer l’abstention ainsi que le score de l’UMPS”.

Une “pression” sur les maires

Ils critiquent aussi les nouvelles dispositions qui régissent l’élection présidentielle, à commencer par la récolte de parrainages, qui seront désormais rendus publics par le Conseil constitutionnel. “Des verrous anti-démocratiques”, jugent les prétendants à la présidence de la République.

“La pression sur les maires est telle qu’ils ou elles ne peuvent accorder leur parrainage librement en raison des retombées négatives qu’ils ou elles pourraient subir“, disent les petits candidats. Ils rappellent que “l’acte de parrainage n’a pas de valeur de soutien”, mais de “chance donnée à chaque élu(e) de stimuler une démocratie active”.

Source modifiée du Sudouest

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*