screenshot-www.google.com-2017-05-10-12-25-22

10 Mai 2017 | Afrique

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-10-39-39

La victoire décisive d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle française a non seulement stimulé l’enthousiasme en Europe. Dans toute l’Afrique, où la France conserve une grande influence dans ses anciennes colonies, ses élections ont été célébrées dans l’espoir qu’elle inaugurera un changement radical dans la politique africaine de la France.

Le moment de l’Ode à la joie en Afrique

C’était un symbole très puissant, si subtil.

Le dimanche soir, alors que les supporters d’Emmanuel Macron se sont rassemblés à l’Esplanade du Louvre, dans le centre de Paris, attendant que leur champion arrive et les adresse, le podium a été tourné pendant environ 15 minutes dans une piste de danse gigantesque par l’un des groupes les plus célèbres de Côte d’Ivoire.

Magic System a pris la scène, inondant la nuit parisienne avec des rythmes et des mouvements de danse pas souvent entendu et vu dans cette partie de la ville.

M. Macron avait d’abord pris la scène dans l’hymne européen Ode to Joy pour son discours de victoire, mais pour le public africain regardant à la télévision, c’était leur moment Ode to Joy.

C’était un signe de tête en Afrique; un signe de tête qui reflète le message positif d’ouverture et d’universalisme qui a souligné la campagne gagnante de Macron.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-10-53-21

Il pourrait également être considéré comme l’un dans l’oeil du candidat d’extrême-droite vaincu Marine Le Pen, qui devait se sentir repoussé par une telle invasion culturelle.

Si la vue du Magic System au Louvre était rafraîchissante pour les Africains, ce n’est pas la raison pour laquelle l’élection présidentielle française a été étroitement surveillée à travers l’Afrique.

M. Macron devrait tenir sa promesse sur des questions d’une importance beaucoup plus grande pour le continent.

Lutte contre le militantisme islamiste

M. Macron a dit peu sur sa politique africaine sur la piste de campagne, car l’Afrique n’était pas un sujet décisif qui pouvait lui donner les votes qu’il avait besoin de gagner.

Cependant, du peu qu’il a dit au sujet du continent, il semble que le combat contre le militantisme islamiste sera important dans son agenda africain.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-07-32

Il a été élu alors que la France était en état d’urgence suite à une série d’attaques islamistes ces dernières années, dont certaines ont été menées par des personnes ayant des liens africains.

Mais pendant la campagne électorale, il a précisé qu’il se rendait compte que la France n’était pas le seul pays concerné:

“L’Afrique se bat de plus en plus avec le terrorisme”, a-t-il déclaré à Jeune Afrique.

“Nous l’avons vu à Bamako [Mali], à Ouagadougou [Burkina Faso] et à Grand Bassam [Côte d’Ivoire]”.

Les militants islamistes ont visité des hôtels dans tous ces endroits l’année dernière, tuant beaucoup de personnes, y compris des touristes étrangers.

“Tout le monde devrait s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme”, a-t-il déclaré.

La France a déployé environ 4 000 soldats dans la région du Sahel en Afrique dans le cadre de l’opération anti-terrorisme Barkhane.

Le président élu n’a aucun plan de retrait de ces troupes dans un avenir prévisible.

Sur le front militaire, la politique de la France en Afrique sous M. Macron sera plus pareille.

Sur l’aide, le commerce et le développement

Il y a un dicton célèbre selon lequel les nations n’ont pas d’amis permanents, mais seulement des intérêts permanents.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-17-58

M. Macron a été élu pour servir les intérêts de la France et il le fera dans ses relations avec l’Afrique, a déclaré l’analyste politique Serge Theophile Balima.

“Macron est un néo-libéral qui croit aux entreprises et au commerce”, a déclaré M. Balima.

“Il fera tout son possible pour ouvrir l’Afrique à un maximum d’entreprises françaises. C’est évident.”

Cependant, le nouveau président croit que le partenariat avec le continent sera plus avantageux si l’Afrique est forte.

En tant que candidat, il s’est engagé à faire pression sur le G20 lors de son sommet de juillet en Allemagne pour soutenir le développement économique dans les pays africains.

En termes plus clairs, il s’est engagé à canaliser en Afrique la plus grande partie de l’aide étrangère de la France, qu’il entend augmenter à 0,7% du PIB de son pays.

Cependant, M. Macron arrive au pouvoir à un moment où un mouvement croissant d’économistes et de dirigeants politiques ont poussé pour une réforme majeure qu’ils considèrent plus habilitante que l’aide.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-26-43

Un signe de l’influence continue de la France sur ses anciennes colonies est le franc CFA, qui est rattaché à l’euro avec le soutien financier du Trésor français.

Alors que certains le voient comme une garantie de stabilité financière, d’autres l’attaquent comme une relique coloniale.

Les critiques disent qu’un véritable développement économique pour les 14 pays africains ne peut être atteint que s’ils ébranlent la monnaie CFA.

Certains soutiennent que, en échange du «luxe» de la garantie fournie par le Trésor français, les pays africains canalisent plus d’argent en France qu’ils ne reçoivent d’aide.

Mme Le Pen a déclaré que si elle était élue, elle déposerait le lien. Alors qu’aucun ancien président français n’a jamais exprimé sa volonté de laisser tomber le CFA, M. Macron dit que la décision de l’écarter est une que les pays africains doivent prendre.

Briser la politique obsolète

La politique africaine de la France a été attaquée par des militants pro-démocratiques depuis la conférence de Baule de 1990, où l’ancien président François Mitterrand a lancé un appel aux pays africains pour qu’ils adoptent la démocratie après la chute du mur de Berlin.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-35-06

Les critiques ont constamment défié contre ce qu’ils perçoivent comme une forme d’hypocrisie.

Ils disent que la France a utilisé à maintes reprises des moyens antidémocratiques sur le continent pour pousser des dictatures ou renverser des gouvernements hostiles s’ils servent les intérêts français tout en exhortant ouvertement les valeurs démocratiques.

Le système de réseaux personnels qui a soutenu ces pratiques controversées est qualifié de «Francafrique».

Les temps sont révolus depuis longtemps quand une unité commando française volerait parachutes en plein jour dans une capitale africaine pour restaurer Chef d’État déchu.

Mais Francafrique n’est pas totalement mort.

M. Macron dit qu’il va finalement l’éliminer.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-43-26

Il dit qu’il défendra et respectera les principes démocratiques fondamentaux partout en Afrique, en collaboration avec l’Union africaine et les organisations régionales.

Mais comment va-t-il délivrer là où ses prédécesseurs n’ont pas réussi à respecter des promesses similaires?

“Je pense qu’il est en mesure de mettre cette fin”, a déclaré l’analyste M. Balima.

“Tout d’abord, il est jeune. Il n’appartient pas à l’ancienne génération. Il a peu d’amis dans les milieux mafieux dans l’Afrique francophone”.

“Lorsqu’ils rencontrent des chefs d’État africains, certains seront embarrassés de parler à cet homme qui pourrait être leur fils”.

Les dirigeants africains ne bénéficieront plus de la complicité de l’époque précédente, dit M. Balima.

“Un chef d’État dans une situation de mauvaise gouvernance … ne pourrait pas compter sur Macron pour mobiliser l’armée française pour annuler une rébellion dans une caserne militaire”.

Si M. Macron répond à cette promesse, il va transformer une page qui a suscité beaucoup d’acrimonie dans les relations franco-africaines.

Aborder les blessures du passé

Et la façon dont la France se souvient de son héritage colonial est étroitement liée à la question de savoir si elle poursuit une politique néo-coloniale en Afrique.

Les dirigeants politiques français de la droite ont depuis longtemps soutenu que la colonisation ne concernait pas uniquement le travail forcé, l’exploitation et les fosses communes, mais que les pays colonisés en avaient également bénéficié.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-11-54-53

En 2005, sous la présidence de Jacques Chirac, une disposition consacrant cette vision patriotique en droit a été adoptée. Cependant, il a été abrogé un an plus tard en raison d’un tollé en France ainsi que dans certaines de ses anciennes colonies et territoires d’outre-mer.

Nicholas Sarkozy, candidat et plus tard en tant que président, se plaignait souvent d’être fatigué de s’excuser sans cesse pour les transgressions passées de son pays.

Contrairement à ces politiciens de droite, M. Macron considère que reconnaître les fautes que la France a faites dans ses interactions passées avec les Africains est cruciale pour redéfinir le type de dialogue nécessaire à la nouvelle relation avec le continent.

En tant que candidat à une visite en Algérie, il a suscité une controverse en brandissant comme crime contre l’humanité la guerre coloniale de la France en Algérie.

Bien que cette déclaration ait été condamnée par Mme Le Pen et ses partisans, elle a été bien accueillie dans l’ensemble de l’Afrique francophone.

Immigration

Ce qui était remarquablement différent entre M. Macron et Mme Le Pen était la façon dont les deux abordaient l’immigration.

La proposition frontière-fermée de Mme Le Pen était qu’elle «a l’amour pour les Africains, mais seulement s’ils sont à la maison en Afrique», alors que M. Macron a défendu une politique d’immigration qui devrait être définie par les besoins de la France.

En d’autres termes, sous le président Macron, il n’y aurait aucune raison d’empêcher un Africain d’aller en France s’ils possèdent des compétences utiles à l’économie du pays.

Depuis les années 1970, des vagues de migrants d’Afrique du Nord et d’anciennes colonies au sud du Sahara ont trouvé leur chemin vers la France, jouant un rôle dans divers secteurs de l’économie du pays.

screenshot-www.bbc.com-2017-05-10-12-05-23

M. Macron ne dit pas qu’il facilitera l’immigration africaine. Mais il ne sera pas obsédé par le resserrement du contrôle de l’immigration pour endiguer un flux réel ou supposé de migrants en provenance d’Afrique.

“Cela fait partie de la dynamique de [son] libéralisme”, nous a dit M. Balima.

Le président élu a déclaré qu’il encouragerait les étudiants étrangers et ceux ayant des compétences utiles à se déplacer en France.

Avec l’attitude libérale de M. Macron à l’égard de l’immigration, ne craint-t-il pas que l’Afrique finisse par perdre ses meilleurs talents?

Pas vraiment, dit M. Balima. “Il y aura toujours suffisamment de main-d’œuvre en Afrique pour le développement de l’Afrique”.

 

 

source: BBC

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*